Comptes nationaux rebasés – Année 2007

Madagascar a procédé au rebasement de ses comptes nationaux à partir de cette année 2017. Un atelier destiné à faire ce nouveau base a été organisé à la salle polyvalente de l’INSTAT au mois de juin de cette année.

Sont disponibles pour téléchargement à partir des liens ci-dessous :
– La série des comptes nationaux de 2007 à 2014 ;
– Le tableau des ressources et emplois.

Indice des prix à la consommation Antananarivo n° 197 – Août 2017

1.1 Au mois d’août 2017, à Antananarivo, faible augmentation des prix à la consommation

Entre juillet 2017 et août 2017, à Antananarivo, les prix à la consommation augmentent de 0,4 % contre une augmentation de 0,3 % en juillet 2017. En variation trimestrielle (entre mai 2017 et août 2017), les prix à la consommation augmentent de 1,3 % contre 1,2 % précédemment. En glissement annuel, variation entre août 2016.

Remise officielle de matériels informatiques à la CCER par le FNUAP

L’UNFPA a procédé le lundi 28 août 2017 à la remise officielle de cinquante (50) ordinateurs desktop à l’endroit de la Cellule Centrale d’Exécution du Recensement (CCER), organe d’exécution technique du Recensement Général de la Population et de l’Habitation (RGPH3) au sein de l’INSTAT qui est sous la tutelle technique du Ministère de l’Economie et du Plan. La cérémonie s’est déroulée au niveau du bureau de la CCER sis à Anosizato Atsinanana, à Antananarivo, en présence de son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, accompagné de Monsieur le Ministre de l’Economie et du Plan, le Général de Corps d’Armée RAVELOHARISON Herilanto et de ses proches collaborateurs, du Représentant Résident de l’UNFPA à Madagascar, Monsieur Constant-Serge Bounda ainsi que des représentants des divers partenaires tant bilatéraux que multilatéraux.

Une preuve de confiance des partenaires techniques et financiers à l’endroit de Madagascar
La remise de ces matériels informatiques s’inscrit dans le cadre de l’appui technique apporté par l’UNFPA à la CCER pour la réalisation dans de meilleures conditions du RGPH3. Cette donation constitue la troisième du genre en complément des matériels informatiques déjà fournis par l’UNFPA depuis l’année 2016. Et comme l’a précisé le Représentant Résidant de l’UNFPA dans son allocution, « ces cinquante ordinateurs, objet de cette cérémonie, viennent compléter un parc informatique de 141 ordinateurs, 29 ultras portables et 402 tablettes et autres périphériques, fournis par l’UNFPA, pour les activités préparatoires du recensement». Et à lui de continuer que « les travaux cartographiques en cours ont bénéficié de l’appui technique et financier des partenaires au développement du pays, notamment la Banque Mondiale, le PNUD, l’USAID, la République d’Afrique du Sud et l’UNFPA en tant que point focal des partenaires techniques et financiers pour le recensement ».



Une franche collaboration

Le recensement est une grande entreprise. C’est la preuve de la confiance que les partenaires techniques et financiers témoignent à l’endroit de l’Etat malagasy. En effet, il s’agit d’un projet de grande envergure et très complexe, mais combien utile pour le pays !
Dans son allocution, Son Excellence, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement a tenu à souligner « que la tenue de cette cérémonie marque la concrétisation de la franche et efficace collaboration entre Madagascar et les Partenaires Techniques et Financiers dans le cadre de la réalisation du troisième recensement général de la population et de l’habitation ».
D’autant plus que cet organisme onusien (UNFPA) a récemment mis à la disposition de la CCER des Consultants internationaux experts en recensement et en système d’information géographique et cartographie pour accompagner les techniciens malagasy qui travaillent aussi d’arrache-pied.



Jamais deux sans trois

Cette visite de la CCER à Anosizato, du 28 août 2017, fait échos à celle qui s’est effectuée le 09 juin 2017 par Monsieur le Ministre de l’Economie et du Plan et par le Représentant Résidant de l’UNFPA.
En perspective, l’on peut noter également la tenue de la quatrième réunion du Conseil National du Recensement (CNR) qui emboîte le pas à cet événement de cérémonie de remise d’outils informatiques. En effet, sous la présidence de Monsieur Le Premier Ministre, les membres de ce CNR vont se réunir au palais d’Etat de Mahazoarivo, le 31 août 2017. Cette réunion fort attendue par toutes les parties prenantes du RGPH3 permettra, de faire avancer et de « gagner milles » pas en avant dans le processus de recensement de la Grande Ile comme il l’a annoncé dans son discours en ces termes, lors de la cérémonie officielle de remise des matériels informatiques à la CCER/INSTAT, à Anosizato « je tiens à vous rassurer que le Gouvernement prendra toutes les dispositions nécessaires pour que les activités cartographiques et du dénombrement se déroulent dans de meilleures conditions ».

Et à Son Excellence, Monsieur le Premier Ministre de conclure qu’il « exhorte les différents techniciens à tous les niveaux de faire preuve de professionnalisme afin d’optimiser l’utilisation de ces matériels en vue de produire les différents livrables attendus ».

Indice des prix à la consommation Antananarivo n° 196 – Juillet 2017

1.1 Au mois de juillet 2017, à Antananarivo, les prix à la consommation augmentent de très peu

Entre juin 2017 et juillet 2017, à Antananarivo, les prix à la consommation augmentent de 0,3 % contre une augmentation de 0,5 % entre mai 2017 et juin 2017. En variation trimestrielle (entre avril 2017 et juillet 2017), les prix à la consommation augmentent de 1,2 % (contre 1,5 % entre mars 2017 et juin 2017). En glissement annuel, variation entre juillet 2016 et juillet 2017, les prix à la consommation augmentent de 8,6 %.

1.2 Au mois de juillet 2017, diminution des prix du «transport»

En variation mensuelle (entre juin 2017 et juillet 2017), à Antananarivo, les prix à la consommation augmentent de 0,3 %. Selon l’origine des produits, les prix des « produits locaux » augmentent de 0,4 % et contribuent largement à la variation des prix dans l’ensemble (99,3 %). Les prix des « produits semi importés » restent stables tandisque ceux des « produits importés » augmentent de 0,1 %.
Selon le secteur de production, au mois de juillet 2017, les prix des « produits vivriers non transformés » et ceux des « services publics » restent stables alors que les prix des « services privés » augmentent le plus (0,9 % contre une augmentation de 1,7 % en juin 2017). Pour la même période, les prix des « produits manufacturés industriels », des « produits manufacturés artisanaux » et ceux des PPN augmentent respectivement de 0,2 %, de 0,1 % et de 0,2 % contre des augmentations des prix respectives de 0,8 %, de 0,3 % et de 0,6 % en juin 2017. Les prix des « produits vivriers transformés » augmentent de 0,4 %.
Au mois de juillet 2017, selon la fonction des produits, les prix du « transport » diminuent de 0,2 % après une stabilité des prix en juin 2017. Après une augmentation de 1,6 % en juin 2017, les prix de « l’ameublement, équipement ménager, entretien » augmentent peu (0,1 %) en juillet 2017. Au cours de la même période, les prix du « logement et combustibles » et ceux de la « santé » augmentent le plus (0,6%). Aussi, les prix des « produits alimentaires, boissons et tabacs » et ceux des « tissus et vêtements » augmentent respectivement de 0,4 % et de 0,3 % contre respectivement 0,2 % et 0,6 % en juin 2017.

1.3 En un an, forte augmentation des prix des « services privés »

En glissement annuel (entre juillet 2016 et juillet 2017), les prix à la consommation à Antananarivo augmentent de 8,6 % (contre 8,9 % entre juin 2016 et juin 2017). Selon l’origine des produits, les prix des « produits locaux » augmentent beaucoup (9,1 %) et contribue à 84,8 % à la variation des prix dans l’ensemble. Les prix des « produits semi-importés » et ceux des « produits importés » augmentent respectivement de 6,7 % et de 6,4 %.
Entre juillet 2016 et juillet 2017, selon le secteur de production, les prix des « services privés » augmentent le plus (16,3% contre 15,6 % entre juin 2016 et juin 2017). De même, la hausse des prix des « produits vivriers transformés » et celle des PPN s’élèvent respectivement à 10,3 % et à 8,4 % (respectivement de 9,8 % et de 8,5 % au cours de la précédente période). Les prix des « services publics » augmentent peu (1,7%). Pour la même période, les prix des « produits vivriers non transformés », des « produits manufacturés industriels » et ceux des « produits manufacturés artisanaux » augmentent respectivement de 5,5 %, de 6 % et de 5,7 %.
Entre juillet 2016 et juillet 2017, selon la fonction des produits, les prix de la « santé », les prix du « transport » et ceux des « hôtels, cafés, restaurants » augmentent beaucoup: respectivement de 13,9 %, de 11,8 % et de 12,4 % contre des augmentations respectives de 16 %, de 13 % et de 12,8 % entre juin 2016 et juin 2017. De même, des augmentations des prix relativement élevées sont observées sur les « produits alimentaires, boissons et tabacs » et sur l’« ameublement, équipement ménager, entretien » respectivement de 9,6 % et de 8,6 %. Les augmentations des prix de «l’ enseignement », des « tissus et vêtements » et celle des « loisirs, spectacles et culture » sont les plus faibles (respectivement de 2,3%, de 5% et de 4,9%).

1.4 Entre avril 2017 et juillet 2017, les prix du «transport» diminuent

En variation trimestrielle, les prix à la consommation à Antananarivo augmentent de 1,2 % contre une augmentation de 1,5 % entre mars 2017 et juin 2017. Selon l’origine des produits, les prix des « produits locaux » augmentent le plus (1,3 %). Les prix des « produits semi importés » et ceux des « produits importés » augmentent peu : respectivement de 0,8 % et de 0,4 %.
Selon le secteur de production, depuis avril 2017, la hausse des prix des « services privés » continue : 2,8 % contre 2 % depuis mars 2017. Pour la même période, les prix des « produits manufacturés industriels » augmentent de 1,2 % contre une augmentation de 1,1 % au cours de la période précédente. Après avoir augmenté de 0,8 %, les prix des « services publics » se stabilisent entre avril 2017 et juillet 2017. Les prix des « produits vivriers non transformés », les prix des « produits vivriers transformés » et ceux des « produits manufacturés artisanaux » augmentent respectivement de 0,3 %, de 0,7 % et de 0,5 %.
Selon la fonction des produits, entre avril 2017 et juillet 2017, les prix du « transport » diminuent de 0,2 %. En revanche, les prix des « hôtels, cafés, restaurants » augmentent le plus (5,5 %) alors que les prix de « l’enseignement » augmentent peu (0,1 %). Ensuite, la hausse des prix du « logement et combustibles » et celle de « l’ameublement, équipement ménager, entretien » s’élèvent respectivement à 1,8 % et de 1,7 %. Les prix des « loisirs, spectacles et culture » et ceux des « autres biens et services » restent inchangés durant la même période.

Indice des prix à la consommation n° 257 – Juillet 2017

1.1 En juillet 2017, la hausse des prix à la consommation ralentit

Entre juin 2017 et juillet 2017, les prix à la consommation augmentent de 0,3 % (0,5 % entre mai 2017 et juin 2017). A Fianarantsoa, la hausse des prix est la plus élevée (0,6 %). Depuis le début de l’année (entre décembre 2016 et juillet 2017), les Indices des Prix à la consommation (IPC) augmentent de 4,8 %. En glissement annuel (entre juillet 2016 et juillet 2017), les prix à la consommation augmentent de 8,2 %.

Tableau de Bord Économique n° 28 – Juillet 2017

Le Tableau de Bord de l’Économie n° 28 du mois de juillet 2017 est conçu de manière à faire ressortir les données conjoncturelles des quatre principaux secteurs de l’économie malagasy, à savoir : le secteur réel, les finances publiques, le secteur monétaire et le secteur extérieur. Les graphiques et tableaux réunis dans ce document permettent de retracer l’essentiel des tendances sectorielles durant les vingt-quatre derniers mois.

Les thèmes suivants : la croissance économique, les prix, l’emploi, les finances publiques, le secteur monétaire, le secteur extérieur, le secteur des transports, et enfin le secteur du tourisme, sont traités successivement.

Ce document ne présente aucune interprétation sur les données qu’elle offre mais servira d’outil de base d’analyse à chaque conjoncturiste, décideur ou autre utilisateur.

Afin d’apprécier les chiffres à leur juste valeur, les métadonnées de certains indicateurs sont disponibles à la fin du document.

Indice des prix à la consommation n° 256 – Juin 2017

1.1 Entre mai 2017 et juin 2017, à Antsiranana, la hausse des prix à la consommation est la plus élevée.

Entre mai 2017 et juin 2017, le niveau global des prix à la consommation augmente de 0,5 %. Pendant cette période, la hausse des prix à Antsiranana est plus élevée, tandis qu’à Toamasina, la hausse est faible. En glissement annuel (juin 2016 par rapport à juin 2017), le niveau des prix à la consommation augmente de 8,5 %. Depuis le début de l’année, la hausse de prix est de 4,5 % entre décembre 2016 et juin 2017.

1.2 En juin 2017, les prix des «hôtels, cafés, restaurants» augmentent fortement

Entre mai 2017 et juin 2017, les prix à la consommation augmentent de 0,5 %. Selon l’origine des produits, les prix à la consommation des « produits semi-importés » augmentent le plus avec 1,2 % de variation, alors que les prix des « produits locaux » et les prix des « produits importés » augmentent respectivement de 0,4 % et de 0,3 %.
Entre mai 2017 et juin 2017, selon le secteur de production, la hausse des prix des « services privés » est la plus importante (1,0 %), puis celle des prix des « produits manufacturés industriels » (0,7 %). Au cours de cette période, les prix à la consommation des « produits vivriers non transformés » et les prix des « produits vivriers transformés » augmentent au même rythme (0,2 %) ; alors que les prix à la consommation des « services publics » sont stables.
Au mois de juin 2017, comme en mai 2017, selon la fonction des produits, la hausse des prix des « hôtels, cafés, restaurants » est la plus importante (2,7 %), alors que sa contribution d’ensemble dans la variation globale des prix est faible : 8,9 % seulement. Ensuite, la hausse des prix à la consommation des « tissus et vêtements » s’élève à 1,4 %. Une hausse de 1,0 % des prix des « logements et combustibles » contribuent fortement à 46,3 % de la hausse globale des prix. Au cours de cette période, la hausse des prix des « produits alimentaires, boissons et tabacs » ralentie (0,2 %).

1.3 Depuis juin 2016, les tarifs de la «santé» augmentent le plus

En glissement annuel (entre juin 2016 et juin 2017), les prix à la consommation augmentent de 8,5 %. La hausse des prix des « produits locaux » est de 8,6 % et contribue le plus à la hausse globale des prix (81,8 %). Les prix des « produits semi-importés » et ceux des « produits importés » augmentent respectivement de 8,7 % et de 8,2 %.
Du point de vu secteur de production, les prix des « services privés » augmentent fortement de 13,7 %. Pour les « produits vivriers transformés », ses prix augmentent de 9,5 % alors que les prix des « produits vivriers transformés » varient de 5,9 %. Les prix à la consommation des « produits manufacturés industriels » et les prix des « produits manufacturés artisanaux » augmentent respectivement de 7,2 % et de 7,1 %.
Selon la classification des produits par fonction, en glissement annuel, la hausse des prix de la « santé » et celle des « hôtels, cafés, restaurants » sont la plus élevée : respectivement de 14,9 % et de 14%. Puis, les prix à la consommation des « autres biens et services » augmentent de 12,6 %. Les prix des « produits alimentaires, boissons et tabacs » augmentent de 7,9 % avec une contribution élevée de 45,8 % dans la hausse totale des prix. Cependant, la hausse des prix de « l’enseignement » est faible : 4,6 % seulement en un an.

1.4 Depuis décembre 2016, les prix des «hôtels, cafés, restaurants» augmentent rapidement

Entre décembre 2016 et juin 2017, les prix à la consommation augmentent en moyenne de 4,5 % dans les sept grandes villes de Madagascar. Selon l’origine des produits, les prix des « produits locaux » augmentent le plus (4,7 %) avec une forte contribution de 84,5 % à la variation de l’ensemble des prix. Les prix des « produits semi-importés » et les prix des « produits importés » augmentent respectivement de 3,7 % et de 3,9 %.
Depuis le début de l’année, selon le secteur de production, les prix des « produits vivriers transformés » augmentent le plus (8,2 %), et contribuent à 40,3 % de la variation globale des prix. Ensuite, la hausse des prix des « services privés » est de 6,1 %. La hausse des prix des produits de premières nécessités (PPN) pour la même période atteint de 6,2 %.
Selon la fonction des produits, les prix des « hôtels, cafés, restaurants » se démarque de ceux des autres produits avec une forte augmentation de 6,4 %. Pourtant, cette hausse ne contribue que très faiblement à la variation des prix de l’ensemble (2,4 %). Les prix à la consommation des « produits alimentaires, boissons et tabacs » augmentent de 5,4 %. Les prix des « logements et combustibles » et ceux des « ameublements, équipement ménager, entretien maison » augmentent au même rythme (4,5 %).

Indice des prix à la consommation n° 255 – Mai 2017

1.1 Entre avril 2017 et mai 2017, à Toamasina, la hausse des prix à la consommation est la plus élevée

Au mois de mai 2017, le niveau global des prix à la consommation augmente de 0,4 %. Pendant cette période, la hausse des prix à Toamasina est plus élevée tandis qu’à Toliara, la hausse est faible. En glissement annuel (mai 2016 par rapport à mai 2017), le niveau des prix à la consommation augmente de 8,6 %. Depuis le début de l’année, la hausse de prixest de 4 % entre décembre 2016 et mai 2017.

1.2 En mai 2017, les prix des «hôtels, cafés, restaurants» augmentent fortement

Entre avril 2017 et mai 2017, les prix à la consommation augmentent faiblement de 0,4 % (contre 0,6 % en avril 2017). La hausse des prix des « produits locaux » est la plus importante (0,4 %) avec une forte contribution de 86,9 % à la variation globale des prix. Par contre, la contribution des prix des « produits importés » dans la hausse globale des prix est très faible (3,8 %) avec une variation mensuelle de 0,2 % seulement. Les prix des « produits semi-importés » augmentent de 0,3 % pendant cette même période.
Selon le secteur de production, la hausse des prix des « produits vivriers non transformés » et les prix des « produits manufacturés industriels » sont les mêmes (0,2 %). De même, l’augmentation des prix des « produits vivriers transformés » et celle des « produits manufacturés artisanaux » sont au même rythme (0,4 %). Par contre, les prix des « services publics » se stabilisent en mai 2017. Une variation de 0,4 % des prix des PPN est constatée pendant la même période.
Selon la fonction des produits, en mai 2017, la hausse des prix des « hôtels, cafés, restaurants » est la plus forte (1,7 %), mais avec une faible contribution de 7,9 % dans la hausse globale des prix. L’augmentation des prix des « produits alimentaires, boissons et tabacs » et celle des « tissus et vêtements » sont au même rythme (0,4 %). De même, les prix des « logements et combustibles », les prix de la « santé » et ceux de « l’enseignement » augmentent de la même façon de 0,1 %.

1.3 Depuis mai 2016, les prix des «autres biens et services» augmentent le plus

Par rapport à mai 2016, les prix à la consommation en mai 2017 augmentent de 8,6 %. La plus forte hausse en glissement annuel a été constatée à Antsirabe avec une hausse de 10,3 %. Avec une hausse des prix de 8,6 %, les prix des « produits locaux » contribuent le plus dans la variation globale des prix (81,9 %). Les prix des « produits semi-importés » et les prix des « produits importés » augmentent respectivement de 8,3 % et de 8,7 %.
Du point de vue secteur de production, les prix des « services privés » augmentent fortement de 13,7 %, avec une contribution de 28,5 % dans la hausse globale des prix. Pour les « produits vivriers transformés », ses prix augmentent de 9,6 %. Les prix des autres produits varient entre 6 % à 7,5 %.
Selon la fonction des produits, en glissement annuel (entre mai 2016 et mai 2017), la hausse des prix des « autres biens et services » est la plus élevée (16,7 %), mais ne contribue que 3,3 % à la hausse des prix de l’ensemble des produits. De même, la hausse des prix des produits de la « santé » est de 14,5 % en un an ; les prix des « produits alimentaires, boissons et tabacs » augmentent de 8 % avec une contribution de 45,9 % dans la hausse totale des prix.

1.4 Depuis décembre 2016, forte hausse des prix des «produits alimentaires»

Depuis le début de l’année (entre décembre 2016 et mai 2017), les prix à la consommation augmentent en moyenne de 4 %. Suivant le classement par origine des produits, les prix des « produits locaux » augmentent de 4,2 % avec une forte contribution de 86,3 % à la variation de l’ensemble des prix. Les prix à la consommation des « produits semi-importés » et ceux des « produits importés » augmentent respectivement de 2,5 % et de 3,5 % pendant la même période.
Selon le secteur de production, les prix des « produits vivriers transformés » augmentent le plus avec une variation de 8 % depuis le début de l’année. Les prix des « services privés » augmentent de 5,1 % avec une contribution de 23,4 % de la variation globale. La hausse des prix des Produits de Première Nécessité (PPN) pour la même période est de 5,8 %.
Selon la classification des produits par fonction, la hausse des prix à la consommation des « produits alimentaires, boissons et tabacs » est élevée (5,2 %), et contribuent jusqu’à 63,8 % à la variation des prix de l’ensemble. Les prix à la consommation des « logements et combustibles » et ceux des « ameublements, équipement ménager, entretien maison » augmentent au même rythme (3,4 %). Depuis le début de l’année, les prix des produits de « l’enseignement » augmentent faiblement (0,4 %).

Annuaire des statistiques environnementales sous le CDSE 2016

Cet annuaire des statistiques environnementales sous le Cadre pour le Développement des Statistiques sur l’Environnement (CDSE) 2016 a été élaboré conjointement par le Ministère du Commerce et de la Consommation et l’Institut National de la Statistiques avec l’appui de l’Union Européenne et le COMESA.

Ce document a été conçu afin de répondre aux demandes en matière de statistiques sur l’environnement au niveau mondial, régional et national suite à l’approbation de la 44e session de la Commission Statistique des Nations Unies du Cadre pour le Développement des Statistiques de l’Environnement (CDSE) 2013 comme outil pour aider les pays au renforcement des programmes de statistiques de l’environnement.

Madagasikara est connu mondialement par la richesse de ses faunes et flores, en particulier, sa biodiversité a bénéficié de l’appui d’un financement du COMESA, à travers le Projet FACMAIR pour l’implémentation du CDSE dans le pays. Cet outil aiderait ainsi à établir des statistiques environnementales suivant le CDSE.

Tableau de Bord Économique n° 27 – Avril 2017

Le Tableau de Bord de l’Économie n° 27 du mois d’avril 2017 est conçu de manière à faire ressortir les données conjoncturelles des quatre principaux secteurs de l’économie malagasy, à savoir : le secteur réel, les finances publiques, le secteur monétaire et le secteur extérieur. Les graphiques et tableaux réunis dans ce document permettent de retracer l’essentiel des tendances sectorielles durant les vingt-quatre derniers mois.

Les thèmes suivants : la croissance économique, les prix, l’emploi, les finances publiques, le secteur monétaire, le secteur extérieur, le secteur des transports, et enfin le secteur du tourisme, sont traités successivement.

Ce document ne présente aucune interprétation sur les données qu’elle offre mais servira d’outil de base d’analyse à chaque conjoncturiste, décideur ou autre utilisateur.

Afin d’apprécier les chiffres à leur juste valeur, les métadonnées de certains indicateurs sont disponibles à la fin du document.