Pourquoi un troisième RGPH pour Madagascar ?

L’objectif des conférences régionales et internationales sur les questions de population et développement est de réfléchir ensemble sur les problèmes liés à la dynamique démographique, la croissance économique et le développement durable pour dégager des consensus et des orientations générales pour les mesures à prendre aux niveaux international, régional et national.

La nécessité d’élaborer les politiques de population est née de l’observation de la dynamique démographique dans le monde et ses conséquences sur la stabilité des Etats et le bien-être des populations. Le but spécifique visé est de rendre la dynamique démographique compatible avec les idéaux d’amélioration continue de la qualité de vie des populations.

À Madagascar, la croissance démographique annuelle accélérée actuelle de 2,8 % (doublement d’effectif en 25 ans) est considérée comme faisant partie des facteurs susceptibles de restreindre les latitudes d’action du Gouvernement dans la lutte pour la réduction de la pauvreté.

L’exécution du RGPH-3 à Madagascar se justifie alors comme suit :

1.    Le RGPH-3 s’impose pour Madagascar car le dernier recensement général de la population (RGPH-2) date de plus vingt ans (août 1993). Or, l’Organisation des Nations Unies recommande que les recensements de population et de l’habitation aient lieu au moins tous les dix (10) ans ;

2.    Le RGPH-3 actualisera les informations collectées au cours des deux premiers recensements de 1975 et de 1993 du fait de leur caducité, et renforcera le cadre de conception de la politique et de la planification du développement économique et social aux niveaux national et local ;

3.    Le RGPH-3 enrichira le stock de données démographiques sur Madagascar en vue de permettre aux planificateurs et aux décideurs de disposer d’indicateurs de base nécessaires à la mise au point, aux suivis et évaluations des plans et programmes de développement ;

4.    Le RGPH-3 permettra de renforcer les bases de la décentralisation et des unités communautaires de développement au niveau des 22 régions, 24 préfectures, 117 districts, 1 695 Communes et environ 18 000 fokontany ;

5.    Le RGPH-3 servira de base au renouvellement et à l’informatisation de la liste électorale en fournissant les données actualisées de la population en âge de voter (18 ans et plus) selon le découpage de l’Administration territoriale ;

6.    Le RGPH-3 fournira des données de base pour :

      • Le suivi et l’évaluation des programmes de développement aux niveaux national, local et sectoriel et des engagements aux niveaux régional, continental et global, y compris la Position Commune Africaine sur le Programme de Développement pour l’après-2015 ;
      • L’analyse des questions de genre. En effet, les informations statistiques désagrégées selon le sexe sont d’un apport essentiel pour la compréhension des différences entre les réalités des hommes et des femmes. Ainsi, l’analyse des données de recensement selon une perspective genre peut : (i) aider à la prise de décision et à la mise en œuvre des actions qui sont efficaces, équitables et bénéfiques pour les hommes et les femmes dans les domaines économique et social ; (ii) contribuer à l’identification des domaines de genre qui ont besoin de recherches ou politique d’intervention supplémentaires ; et (iii) permettre d’obtenir des informations qui renouvellent les acquis, fournissent de nouvelles hypothèses et proposent de nouvelles orientations en vue d’actions de développement ;
      • Le suivi de la pauvreté. L’indicateur de la pauvreté est l’un des plus sollicités par les utilisateurs de données à Madagascar (gouvernement et partenaires au développement). Le RGPH permet de renseigner certaines dimensions de la pauvreté à partir des informations collectées sur les ménages, les conditions d’habitation, l’alphabétisation, la scolarisation, l’emploi, la santé, etc. Il permettra plus particulièrement d’obtenir une meilleure estimation de l’IDH à partir d’une valeur actualisée de l’espérance de vie à la naissance ;
      • La mise-à-jour de la base de sondage pour les enquêtes futures (EDS, MICS, EPM, …) de suivi et d’évaluation des progrès dans la mise en œuvre des politiques, plans et programmes sectoriels de développement et des engagements internationaux ;
      • Le calcul des indicateurs additionnels relatifs : (i) à la mortalité maternelle ; (ii) au handicap ; (iii) à l’état-civil, en l’occurence l’enregistrement des naissances.

7.    Le RGPH-3 renforcera la capacité technique de l’INSTAT dans la conduite des opérations de collecte, de traitement, d’analyse, de dissémination et d’utilisation des produits.

Le budget du RGPH-3 de Madagascar est estimé à 25,9 millions USD (soit USD 1,1/habitant). Le montant actuellement disponible s’élève à environ 23,2 millions USD (89,6% du budget) et à un gap de 2,7 millions USD.