Indice des prix à la consommation n° 241 – Mars 2016

1.1 Entre février 2016 et mars 2016, la hausse des prix à la consommation la plus élevée est observée à Mahajanga

Entre février 2016 et mars 2016, les prix à la consommation augmentent de 0,3 %. Pendant cette période, la hausse des prix la plus élevée est observée à Mahajanga, tandis que la hausse la plus faible se trouve à Toamasina. Comparés aux prix du mois de mars 2015, les prix à la consommation au mois de mars 2016 augmentent de 6,0 %. Depuis le début de l’année (entre décembre 2015 et mars 2016), la hausse de prix est de 1,8 %.

1.2 En mars 2016, les prix des produits vivriers non transformés augmentent le plus

Entre février 2016 et mars 2016, les prix à la consommation augmentent de 0,3 %. Avec une hausse des prix des « produits locaux » de 0,5 %, sa contribution dans la variation globale de l’indice des prix à la consommation est importante, soit 150,9 %. Par contre, les prix des « produits semi-importés » et ceux les « produits importés » continuent leur baisse : respectivement de 0,4 % et de 1,1 %.

Selon le secteur de production, la hausse des prix des « produits vivriers non transformés » est la plus élevée (0,7 %) et contribue à 58,0 % de la variation globale des prix. Les prix des « services privés » augmentent de 0,6 % durant cette période, alors que les prix des « produits manufacturés industriels » diminuent de 0,2 %. La hausse des prix des produits de premières nécessitées (PPN) ralentit de 0,2 % par rapport au mois de février 2016.

Selon la fonction des produits, les prix des « produits alimentaires, boissons et tabacs » augmentent de 0,5 % et contribuent largement dans la variation totale des prix (89,8 %). Les prix à la consommation des « loisirs, spectacles et culture » augmentent aussi de 1,2 %, mais à une faible contribution de 6,2 % dans la variation globale des prix. A cause de la baisse des prix du carburant, les prix du « transport » diminuent encore de 0,7 % durant cette période.

1.3 Depuis mars 2015, les prix des « produits vivriers non transformés » augmentent fortement

En un an (entre mars 2015 et mars 2016), les prix à la consommation dans les 7 grandes villes de Madagascar augmentent de 6,0 %. Durant cette période, les prix des « produits locaux » augmentent de 6,8 % avec une forte contribution de 91,8 % à la hausse globale de l’indice des prix. Les prix des « produits semi-importés » et ceux des « produits importés » augmentent respectivement de 3,5 % et de 1,6 %.

Entre mars 2015 et mars 2016, selon le secteur de production, la hausse des prix des « produits vivriers non transformés » est importante (9,9 %) avec une forte contribution de 34,4 % à la hausse des prix de l’ensemble. D’autre part, durant la même période, les prix des « services privés » augmentent de 6,7 % ; alors que les prix des « services publics » n’augmentent que 1,2 %.

Si l’on classe les produits selon leur fonction, les prix à la consommation de la « santé » augmentent le plus (12,0 %) ; mais ne contribuent que faiblement à la hausse totale des prix (4,6 %). De même, les prix du « logement et combustibles » augmentent de 8,9 %. Enfin, les prix des « produits alimentaires, boissons et tabacs » augmentent de 6,1 % et contribuent fortement à la variation totale des prix (50,6 %).

1.4 Forte hausse des prix des « produits vivriers non transformés » depuis décembre 2015

Entre décembre 2015 et mars 2016, les prix à la consommation augmentent en moyenne de 1,8 % dans les sept grandes villes de Madagascar. A Antsirabe, la hausse des prix est la plus élevée (3,5 %), suivie de celle de Mahajanga et d’Antananarivo (1,8 %). Selon l’origine des produits, les prix des « produits locaux » augmentent de 2,5 % et contribuent à 110,8 % de la variation totale des prix. Par contre, les prix des « produits semi-importés » et ceux des « produits importés » diminuent respectivement de 0,4 % et de 1,7 % durant cette période.

Suivant le secteur de production, les prix des « produits vivriers non transformés » augmentent de 4,4 % et contribuent à la moitié de la variation totale des prix (51,5 %) tandis que les prix à la consommation des « produits manufacturés industriels » se stabilisent durant cette même période.

Selon la fonction des produits, les prix à la consommation de « l’alimentation, boissons et tabacs » augmentent de 2,5 % et contribuent à 68,6 % de la variation globale des prix. Puis, la hausse des prix du « logement et combustibles » de 2,8 % contribue à 24 % de la variation des prix de l’ensemble. Enfin, les prix des « loisirs, spectacles et cultures » augmentent de 2,6 %. Par contre, les, prix du « transport » baissent de 1,3 % entre décembre 2015 et mars 2016.

Indice des prix à la consommation n° 240 – Février 2016

1.1 En février 2016, à Antsirabe, la hausse des prix à la consommation est la plus élevée

Entre janvier 2016 et février 2016, les prix à la consommation augmentent de 0,5 %. Pendant cette période, la hausse des prix à Antsirabe est la plus élevée et elle est la plus faible à Mahajanga. Comparés aux prix au mois de février 2015, les prix au mois de février 2016 varient de 7,2 %. Sur le dernier trimestre (novembre 2015 à février 2016), l’indice des prix à la consommation augmente de 2,8 %.

1.2  En février 2016, les services privés augmentent le plus

En février 2016, les prix à la consommation augmentent de 0,5 %. Avec une hausse mensuelle de 0,6 %, la contribution des « produits locaux » dans la variation globale de l’indice des prix à la consommation est importante (111,8 %). Ensuite, les prix des « produits semi-importés » et ceux des « produits importés » baissent respectivement de 0,1 % et de 0,5 % durant le mois de février 2016.

Entre janvier et février 2016, selon le secteur de production, les prix des « services privés » augmentent de 1,0 %, et contribuent à 38,3 % dans la variation globale des prix. Les prix des «produits vivriers non transformés » et ceux des « produits vivriers transformés » augmentent respectivement de 0,6 % et de 0,5 %. Les prix des PPN augmentent de 0,4 %.

Au niveau fonction des produits, les prix des « produits alimentaires » augmentent de 0,5 % avec une contribution de 52,7 % dans la variation totale. Les prix du « logement et combustibles », de la « santé » et ceux des « loisirs, spectacles et cultures » augmentent respectivement de 0,6 %, de 1,4 % et de 1,0 %. Cependant, les prix du « transport » continuent de baisser de 0,4 % (baisse de 0,1 % en janvier 2016).

1.3 Depuis février 2015, les prix des produits vivriers transformés augmentent fortement

La variation en glissement annuel des prix à la consommation pour le mois de février 2016 est de 7,2 %. Selon l’origine des produits, cette hausse des prix dans l’ensemble provient essentiellement des « produits locaux » (une contribution importante de 89,5 % à la variation des prix) avec une hausse des prix de 8,0 %. Les prix des « produits semi-importés » et ceux des « produits importés » augmentent respectivement de 5,1 % et de 2,7 % depuis février 2015, mais ne contribuent que faiblement à la variation de l’ensemble des prix (10,4 %).

Entre février 2015 et février 2016, selon le secteur de production, la hausse des prix du « produit vivrier non transformé » et celle du « produit vivrier transformé » est la même (10 %). Leur contribution d’ensemble s’élève à 59,6 % de la variation d’ensemble. D’autre part, les prix des « services privés » augmentent de 6,4 % et contribuent à 16,0 % à la hausse d’ensemble. Les prix du « produit manufacturé industriel » et ceux des « produits manufacturés artisanaux » augmentent respectivement de 4,9 %, et de 5,8 %.

Du point de vue fonction des produits, la hausse des prix du « logement et combustibles » et celle de la « santé » s’élèvent respectivement de 11,0 % et de 12,9 % et contribuent au totale à 38,1 % à la hausse des prix de l’ensemble des produits. Les prix à la consommation du « transport » augmentent très faiblement depuis février 2015 : 0,6 % seulement.

1.4 Forte hausse des prix des « produits vivriers non transformés» depuis novembre 2015

Entre novembre 2015 et février 2016, les prix à la consommation augmentent en moyenne de 2,8 % dans les sept grandes villes de Madagascar. A Antsirabe, la hausse des prix est la plus importante (4,2 %), puis celle d’Antananarivo (3,0 %). Du point de vue origine des produits, les prix des « produits locaux » augmentent de 3,4 % et contribuent jusqu’à 99,2 % de la hausse globale des prix. Par contre, les prix des « produits importés » diminuent de 1,4 % durant la même période.

Durant le dernier trimestre, suivant le secteur de production, les « produits vivriers non transformés » augmentent remarquablement de 6,9 % et contribuent à plus de la moitié (51,4 %) de la variation totale. Durant cette période, les prix des « produits manufacturés industriels » et ceux des « services publics » augmentent faiblement : respectivement de 0,8 % et de 0,7 %.

Entre novembre 2015 et février 2016, selon la fonction des produits, les prix à la consommation varient de 1,0 % à 3,9 %. Par contre, les prix du « transport » diminuent de 0,6 %. Les prix des « alimentations, boissons et tabacs » contribuent à 68,6 % de la variation globale des prix.

Indice des prix à la consommation n° 239 – Janvier 2016

1.1 Entre décembre 2015 et janvier 2016, à Antsirabe, la hausse des prix à la consommation est la plus élevée

Entre décembre 2015 et janvier 2016, les prix à la consommation augmentent de 1,1 %. A Antsirabe la hausse est la plus importante : 2,0 %. L’augmentation des prix des produits alimentaires en est la principale cause. à Antsiranana, la hausse des prix est la plus faible (0,1 %). Entre octobre 2015 et janvier 2016, les indices des prix à la consommation (IPC) augmentent de 2,2 %. Par rapport au mois de janvier 2015, en janvier 2016, les prix à la consommation augmentent de 7,7 %.

1.2 En janvier 2016, une hausse remarquable des prix des produits vivriers non transformés

Entre décembre 2015 et janvier 2016, les prix à la consommation augmentent de 1,1 %. Selon l’origine des produits, les prix des « produits locaux » augmentent fortement (1,3 %) avec une forte contribution de 100,3 % à la variation globale de l’indice. Pour les produits d’origine étrangère, leur prix se stabilise durant cette période.

Selon le secteur de production, l’évolution des prix est variable. Les prix des « produits vivriers non transformés » augmentent beaucoup : 3,0 % et contribuent à 59,8 % de la hausse globale. Tandis que les prix des « produits manufacturés industriels » et ceux des « services publics » augmentent faiblement de 0,1 %. Les prix du PPN augmentent de 1,4 % durant la même période. En revanche, les prix des « produits manufacturés artisanaux » diminuent de 0,1 %.

Par groupe de fonction, l’augmentation des prix des « produits alimentaires, boissons et tabacs» est importante (1,5 %), avec une forte contribution à la variation globale de l’indice (70,2 %). Les prix des « logements et combustibles » et ceux de la « santé » augmentent respectivement de 1,2 % et de 0,8 %. Cependant, les prix du « transport » diminuent de 0,1 % suite à une légère baisse des prix du carburant en mi-janvier
2016.

1.3 Depuis janvier 2015, les prix des produits vivriers transformés augmentent fortement

Entre janvier 2015 et janvier 2016, les prix à la consommation augmentent de 7,7 %. Cette hausse s’explique par l’augmentation des prix des « produits locaux » de 8,5 % et sa contribution de 88,3 % à la hausse de l’ensemble des prix à la consommation. En glissement annuel, les prix des « produits importés » augmentent de 3,6 %.

Par rapport à janvier 2015, du point de vue secteur de production, en janvier 2016, les prix des « produits vivriers transformés » et ceux des « produits vivriers non transformés » augmentent fortement : respectivement de 11,9 % et de 10,3 %. La hausse des prix des « services publics » est la plus faible (1,4 %).

Selon la fonction des produits, en glissement annuel, la variation des prix à la consommation de la « santé » est importante : 13,6 % mais contribue très faiblement à la variation globale des prix (4,0 %). Par contre, la hausse des prix du « logement et combustibles » de 11,8 contribue à 33,8 % de la hausse globale des prix.

1.4 Forte hausse des prix des «produits vivriers non transformés» depuis octobre 2015

Au cours du dernier trimestre (octobre 2015 à janvier 2016), les prix à la consommation augmentent de 2,2 % en moyenne dans les sept grandes villes de Madagascar. La hausse des prix des « produits locaux » se démarque des autres produits avec une hausse de 3,3 %, alors que l’augmentation des prix des « produits importés » n’est que 0,4 %.

Selon le secteur de production, la hausse des prix des « produits vivriers non transformés » est importante (6,6 %) avec une contribution de 49,0 % de la variation de l’ensemble des prix. La hausse des Produits de Première Nécessité (PPN) durant le dernier trimestre est de 4,2 %.

Entre octobre 2015 et janvier 2016, selon la classification des produits par fonctions, la variation des prix à la consommation des « produits alimentaires, boissons et tabacs » est de 3,5 %. La hausse des prix du « logement et combustibles » s’élève à 3,3 %, avec une contribution de 27,2 % de la variation globale. Les prix à la consommation du