NOTE SUR LES NOUVEAUX COMPTES NATIONAUX

INTRODUCTION

Les comptes nationaux de base doivent être renouvelés au moins tous les 5 à 10 ans afin qu’ils puissent refléter au mieux la structure économique d’un pays. Pour Madagascar le dernier compte de base date de 1984, il a été ainsi primordial d’établir un nouveau compte de base. Les travaux de rebasement des comptes nationaux ont débuté depuis plusieurs années au sein de L’INSTAT pour s’achever en ce mois de juin 2017. L’année de base choisie est l’année 2007

CONTEXTE ÉCONOMIQUE

L’économie malagasy a beaucoup évolué ces 10 dernières années. Ente autres, le secteur des mines a connu une forte évolution avec l’arrivée d’opérateurs d’envergure internationale dans l’exploitation de l’ilménite et du nickel ; notant aussi l’apparition de nombreux projets de prospection dans le secteur pétrolier. Le bouleversement politique de 2009 suivi d’une période de transition ont eu un impact certain sur l’économie, période pendant laquelle Madagascar était en mal de reconnaissance internationale particulièrement avec les bailleurs de fonds traditionnels. Le retour à la normale s’est fait après les élections de 2013. A ceux-là s’ajoutent les évolutions temporelles des secteurs comme les TIC, l’énergie…

RÉSULTATS DES NOUVEAUX COMPTES NATIONAUX

L’objectif principal de la révision des comptes nationaux de Madagascar consiste à mieux représenter l’économie malgache. Cette révision nous amène à une nouvelle année de base des comptes nationaux 2007. Les Tableaux des Ressources et des Emplois (TRE) 2007 et 2014 ont été confectionnés conformément aux normes du SCN 93. Et la série de comptes de 2008 à 2016 est disponible à partir du 30 juin 2017.

Pour l’année 2007 la valeur courante du PIB s’élève à 16 210 milliards d’Ar. La répartition de l’emploi du PIB est dominée par la consommation finale à hauteur de 60% suivi par l’investissement (FBCF) qui se situe à 23 %, les exportations nettes s’élèvent à 17 %.

La structure de la valeur ajoutée par secteur d’activité est la suivante : 30% pour le secteur primaire, 15% pour le secteur secondaire et 55% pour le secteur tertiaire.

STRUCTURE DU PIB PAR SECTEUR D’ACTIVITÉS

                                       

L’ordre d’importance des secteurs d’activités reste inchangé bien que leurs poids respectifs ont changé,

Les résultats des nouveaux comptes nationaux de base 2007 font ressortir que le secteur tertiaire occupe la première place dans l’économie nationale, suivi par le secteur primaire et ensuite le secteur secondaire.

Toutefois, le poids du secteur primaire est passé de 25% à 30% avec les nouveaux comptes au détriment des deux autres secteurs qui ont actuellement des parts de 55% contre 59% pour le secteur tertiaire et de 15% contre 16% pour le secteur secondaire, sous l’ancienne base 1984.

LES CONSÉQUENCES DU BASCULEMENT VERS LES NOUVEAUX COMPTES DE BASE

Une des conséquences du rébasement des comptes nationaux est le changement dans les ampleurs, les ordres d’importance et les évolutions des grandeurs économiques. Cela est due à trois principales raisons, le changement de la méthodologie conformes aux standards internationaux du SCN93 et ensuite à une meilleure couverture des données et enfin au changement structurel de l’économie. Par conséquent, tous les indicateurs qui utilisent le PIB vont de fait être révisés (pression fiscale, ratio dettes/PIB…).

De ce fait, il serait judicieux que les décideurs ainsi que les autres utilisateurs des données des comptes nationaux portent une attention nouvelle et particulière quant aux orientations éventuelles à donner à l’économie et à l’utilisation de ces statistiques.