Premier Recensement Général de la Population et de l’Habitation (RGPHI) 1975 – Les ménages

La publication des résultats du premier Recensement Général de la Population de 1975 se poursuit dans ce rapport par l’analyse et la présentation des tableaux relatifs aux caractéristiques des ménages ordinaires à l’exclusion, par conséquent, des ensembles particuliers (couvent, hôpital, caserne, etc… ). L’on rappelle alors, pour mémoire que pour les fins du Recensement Général, le ménage est défini comme « un ensemble ou groupe de personnes habitant un même logement, unies ou non par des liens familiaux, reconnaissant l’autorité d’un chef et partageant les repas principaux. (cf. méthodologie)

Les caractéristiques socio-économiques des chefs de ménage n’ont pas fait l’objet d’une exploitation, dans la mesure où il semble qu’elles ne différeraient pas trop de celles de la population et en particulier en ce qui concerne la population masculine ; par contre, on pourra regretter l’absence de données sur la répartition selon la taille des ménages. Par ailleurs, en raison de la nature des choses, les résultats relatifs au milieu rural de la province de Diégo-Suarez sont ceux obtenus au dépouillement manuel qui a été effectué à la fin des opérations sur le terrain.

Malgré ces lacunes et en raison du caractère fondamental de la variable « ménage » en tant qu’agent économique et en particulier, l’INSRE s’est efforcé de présenter des données qui, il ose l’espérer, répondront aux plus pressés des besoins des utilisateurs. Ainsi, les statistiques publiées dans ce document donnent d’une part, les répartitions des effectifs des ménages, qui constituent en outre une base de sondage utile aux enquêtes statistiques ultérieures ; d’autre part, elles permettent de saisir l’aspect démographique de la constitution et de la dissolution du ménage malgache, enfin des projections des effectifs des chefs de ménage sont proposées à l’intention des planificateurs, des économistes et à tous les chercheurs en général.

Premier Recensement Général de la Population et de l’Habitation (RGPHI) 1975 – Données socio-économiques en milieu urbain

Préparé depuis 1965, mais plusieurs fois ajourné pour diverses raisons dont notamment des raisons budgétaires, d’insuffisance de cadre et de conjoncture politique, le premier RGPH ou recensement général de la population et de l’habitat n’a pu démarrer qu’en 1974.

Le budget d’un montant total de 600 millions de FMG, a été fourni par le Fonds des Nations Unies pour l’Activité en matière de Population pour une part représentant environ le quart et par le Gouvernement de la République Malagasy pour le reste.

L’opération a débuté dans les six chefs-lieux de Province qui sont Tananarive, Tamatave, Fianarantsoa, Mahajanga, Diégo et Tuléar et dans la ville d’Antsirabe. Dans ces sept grandes villes, la date de référence des renseignements fut la nuit du 26 au 27 janvier 1975. Elle se terminait dans le milieu rural qui en constituait le plus gros morceau et où toutes les données furent relatives à la nuit du 17 au 18 Août 1975.

A l’exclusion du Centre de Tangainony et du Centre Industriel de Sosumav, tous les centres considérés comme urbains, lors du recensement sont des communes urbaines ; seule la Commune urbaine de l’île de Sainte-Marie qui présente malgré tout des caractéristiques nettement rurales, a été classée parmi le milieu rural. Les communes urbaines ont été définies par décret gouvernemental et ce, pour des raisons de budget. Une commune urbaine compte au moins 4 000 habitants et un plan d’urbanisme y a été réalisé ou est en train de l’être. C’est souvent un centre administratif doté d’infrastructure scolaire et sanitaire relativement importante et où l’activité commerciale est assez développée.

On trouvera dans le présent volume les renseignements relatifs à l’activité économique qui constitue la première partie des « Données socio-économiques ». On y trouvera les chapitres suivantes :
I. Types d’activité
II. Situation au travail
III. Profession

Faute de place dans ce troisième volume, une partie du IIIe chapitre sur la profession et le IVe chapitre ayant trait à la branche d’activité seront inclus dans les autres volumes avec les données sur la scolarisation, l’alphabétisation et les migrations qui forment la deuxième partie des « Données socio-économiques ».

Données socio-économiques en milieu urbain : Types d’activité – Situation au travail – Profession

Premier Recensement Général de la Population et de l’Habitation (RGPHI) 1975 – Enquête Post-censitaire

La présente brochure qui contient l’analyse des principaux résultats de l’Enquête Post-censitaire ayant suivi immédiatement le Recensement inaugure la série de publications sur les études et l’analyse.

Après la sortie des tableaux chiffrés, ce travail scientifique apporte les compléments d’informations nécessaires pour une meilleure connaissance de la population malgache et constitue en quelque sorte une consécration des capacités de toute l’équipe de l’Institut National de la Statistique et de la Recherche Economique (INSRE) ayant réalisé le recensement.

L’INSRE a établi un plan d’ensemble pour l’analyse des résultats du Recensement de Madagascar de 1975. Il appartient à l’INSRE de publier l’analyse des résultats qui constitue une synthèse de l’ensemble. Des chercheurs d’autres organismes ont été associés dans les travaux de recherche sur certains thèmes.

Premier Recensement Général de la Population et de l’Habitation (RGPHI) 1975 – Analyse des données démographiques

Le premier Recensement Général de la Population et de l’Habitation de Madagascar, dont la nécessité a été mis en évidence depuis 1965, n’a pu finalement être effectué qu’en 1975 pour des raisons d’ordre essentiellement financier.

Les résultats détaillés de ce recensement sont disponibles ; dans une deuxième étape de sa publication l’analyse se propose de synthétiser les résultats, ceci à l’intention d’un large public qui aura besoin d’une idée globale sur la population de Madagascar. Les autres utilisateurs qui voudraient avoir des détails précis sur certains aspects se reportent aux divers volumes qui les intéressent.

La présente analyse traite des données démographiques, l’état de la population et migration après un rappel sur la méthodologie.

RGPH1 1975 – Analyse des données démographiques

Statistiques des faits d’état civil de la CUA n° 005 – Décembre 2016

En 2014, 163 naissances sont enregistrées par semaine au 4e Arrondissement.

I.1 FÉCONDITÉ

I.1.1 Forte proportion d’enregistrement des naissances au service d’état civil du 4e Arrondissement

En 2014, dans la Commune Urbaine d’Antananarivo, 24 898 naissances sont enregistrées aux services d’état civil des cinq arrondissements (hormis le 3e Arrondissement). En moyenne, 4 980 naissances ont été déclarées à chaque arrondissement. Selon le nombre de déclarations de naissances par semaine, au 4è Arrondissement, le nombre de déclarations est le plus élevé (163 naissances) puis celui du 1er Arrondissement avec 123 naissances. Ensuite, 100 naissances sont déclarées au 5ème arrondissement, 50 naissances au 6e Arrondissement et 43 naissances au 2e arrondissement. En effet, le plus faible enregistrement est au niveau du service d’état civil du 2e Arrondissement (9,0 %).

I.1.2 Pères et Mères des nouveau-nés à majorité jeunes

En 2014, parmi les pères connus, la moitié est inférieure à 30,2 ans tandis que la moitié des mères des nouveau-nés sont âgées de moins de 25,9 ans. L’âge minimum du père est de 15,6 ans et 12,1 ans pour les mères. Pendant cette année, si l’âge moyen des mères est de 26,8 ans, l’âge de la plupart d’entre-elles est de 21,8 ans.

I.1.3 Mères âgées au minimum de 12,1 ans

La majorité des mères des nouveau-nés sont très jeunes : 44,2 % des naissances enregistrées sont issues des mères âgées de 15 à 24 ans et 0,3 % des mères ont moins de 15 ans.

De même, la majorité des pères des nouveau-nés (71,1 %) sont âgés de 20 à 34 ans, et seulement 0,5 % des pères ont plus de 55 ans.

I.1.4 À Antananarivo, les garçons sont plus nombreux que les filles

En 2014, 50,9 % de naissances déclarées sont des garçons et le rapport de masculinité est de 104 garçons pour 100 filles. Pendant cette année, la proportion des naissances enregistrées est faible à partir du mois de septembre de cette année. En 2014, entre mars et juillet, la proportion des naissances enregistrées est élevée.

I.1.5 La majorité des parents des nouveau-nés résident ensemble

En 2014, la plupart des parents des nouveaux-nés résident ensemble (77,3 %). Au cours de cette année, 3,5 % des parents des nouveau-nés résident séparément.

I.1.6 En 2014, la majorité des mères accouchent à domicile

En 2014, 0,5 % des naissances enregistrées dans la commune urbaine d’Antananarivo sont issues des mères en provenance des autres provinces, tandis que 0,8 % des naissances déclarées sont issues des mères en provenance des autres régions de la province d’Antananarivo. La plupart des mères préfèrent accoucher à domicile (58,6 % de naissances). Cependant, la proportion des mères qui ont accouché dans de centre de formation sanitaire publique est élevée (28,5 %) par rapport à celle qui choisit les centres de formation sanitaire privée (12,9 %).

I.1.7 La majorité des parents des nouveau-nés sont des personnels de services, ou commerçants et vendeurs

En 2014, la proportion des parents exerçant la profession « personnels de service directs et commerçants » est élevée : respectivement de 24,2 % des mères et de 31,1 % des pères.

Les proportions des pères déclarés exerçant « les métiers qualifiés de l’industrie et de l’artisanat » et « conducteurs d’installation et de machines » sont importantes : respectivement de 16,0 % et de 11,8 %. Par contre, la majorité des mères sont sans emploi (43,2 %). En outre, 8,3 % des pères et 4,4 % des mères des nouveau-nés exercent les professions intellectuelles et scientifiques. Par ailleurs, 5,6 % des mères et 7,5 % des pères sont déclarés employés de type administratifs. Pendant cette année, 5,6 % des mères et 7,3 % des pères des nouveau-nés déclarés dans la commune urbaine d’Antananarivo sont des agriculteurs et ouvriers de type agriculture, activités rarement effectuées en milieu urbain.

I.2 ADOPTION

I.2.1 Forte proportion d’enregistrements de l’adoption au service d’état civil du 4e Arrondissement

En 2014, dans la Commune Urbaine d’Antananarivo, 265 adoptions sont enregistrées aux services d’état civil des cinq arrondissements (hormis le 3ème arrondissement). En moyenne, 53 adoptions sont enregistrées à chaque arrondissement. Pendant cette année, le nombre d’enregistrement d’adoption est le plus élevé au 4è arrondissement (88 adoptions enregistrées), puis au 1er arrondissement avec 78 adoptions enregistrées, 52 adoptions au 5ème arrondissement, 33 adoptions au 2è arrondissement, et 14 adoptions enregistrées au 6ème Arrondissement. Ainsi, le plus faible enregistrement d’adoption concerne le service d’état civil du 6ème Arrondissement (5,3 %).

I.2.2 L’âge minimum des adoptées est de 18 jours

En 2014, la moitié des personnes adoptées sont inférieures à 13,1 ans et l’âge le plus fréquent est de 4,4 ans. Pendant cette année, si la moitié des adoptants sont âgés de moins de 49,9 ans, l’âge moyen des adoptants est de 49,8 ans.

I.2.3 Les mineurs adoptés sont plus nombreux

En 2014, trois personnes adoptées sur cinq sont des mineurs. Par ailleurs, plus de la moitié des adoptés sont de sexe masculin (53,3 %). Parmi les mineurs adoptés, les filles sont majoritaires. Par contre, les hommes majeurs adoptés sont dominants.

I.3 MARIAGE

I.3.1 Forte proportion d’enregistrements du mariage au service d’état civil du 1er Arrondissement

En 2014, dans la Commune Urbaine d’Antananarivo, 4 470 mariages sont enregistrés au service d’état civil des cinq arrondissements (3ème arrondissement exclu). En moyenne, 24 mariages par semaine sont enregistrés au 1er arrondissement, 13 mariages au 2ème arrondissement, 12 mariages au 4è arrondissement, 21 mariages au 5è arrondissement et 16 mariages au 6e arrondissement. Différemment à la naissance et à l’adoption, au 1er arrondissement, le nombre de mariage est le plus élevé.

I.3.2 En 2014, l’âge minimum des femmes nouveau-mariées est de 14,8 ans

En 2014, dans la Commune Urbaine d’Antananarivo, 4 470 mariages sont enregistrés au service d’état civil des cinq arrondissements (3ème arrondissement exclu). En moyenne, 24 mariages par semaine sont enregistrés au 1er arrondissement, 13 mariages au 2ème arrondissement, 12 mariages au 4è arrondissement, 21 mariages au 5è arrondissement et 16 mariages au 6e arrondissement. Différemment à la naissance et à l’adoption, au 1er arrondissement, le nombre de mariage est le plus élevé.

I.3.3 Nouveau-mariés à majorité majeurs au premier mariage

En 2014, une forte proportion des nouveau-mariés sont au stade du premier mariage : respectivement de 94,2 % des hommes et 97,7 % des femmes. Selon la situation matrimoniale avant le mariage en 2014, la majorité des nouveau-mariés sont célibataires. En effet, seulement 4,4 % des conjoints et 1,5 % des conjointes sont des divorcés. De même, il n’y avait que 1,4 % des conjoints et 0,8 % des conjointes qui sont veufs.

Les nouveau-mariés mineurs représentent 0,2 % pour le conjoint et 1,6 % pour la conjointe. Selon la nationalité des nouveau-mariés, la plupart sont des malgaches : respectivement de 93,6 % des hommes et 98,9 % des femmes. Seulement 5,1 % des conjoints contre 0,8 % des conjointes sont des français.

I.3.4 Femmes nouveau-mariées à majorité commerçantes et sans emplois

En 2014, 9,9 % des hommes nouveau-mariés exercent la profession intellectuelle et scientifique. Pendant cette période, parmi les hommes mariés, 16,4 % sont occupés dans les métiers qualifiés de l’industrie et de l’artisanat contre 5,9 % pour les femmes. De même, 11,1 % des conjoints sont des employés de type administratif contre 9,7 % des femmes mariées. En 2014, dans la CUA, 23,7 % des femmes mariées et 27,4 % des hommes mariés sont des personnels de service et vendeurs dont l’activité commerciale prédomine. La majorité de femmes mariées sont sans-emplois.

I.4 DÉCÈS

I.4.1 En 2014, l’âge maximum des défunts dépasse les 100 ans

Dans la Commune Urbaine d’Antananarivo, 9 001 décès sont enregistrés au Bureau Municipal d’Hygiène (BM H) en 2014 contre 9 041 décès en 2013. La moitié des défunts sont âgés de moins de 52 ans en 2014 contre moins de 51 ans en 2013. En 2014, l’âge moyen des défunts est élevé par rapport à celui du 2013 : respectivement de 47,3 ans et de 46,8 ans. Par contre, l’âge maximum de défunts augmente : 105 ans en 2014 contre 103 ans en 2013.

I.4.2 En 2014, forte proportion de décès au moins de juin

En 2013, la proportion des décès déclarés est élevée au deuxième et troisième trimestre et est moins importante au quatrième trimestre. En 2014, la forte proportion des décédés est enregistrée au mois de juin (11,7 %). Elle est faible en avril 2014 (5,9 %).

I.4.3 Les femmes meurent plus tardivement que les hommes

En 2013 et 2014, plus de la moitié des décédés sont de sexe masculin : respectivement de 56,6 % et 57,1 %. Pour chaque classe d’âge, la mortalité touche beaucoup plus les hommes que les femmes. En 2014, la proportion des hommes décédés augmente en faveur de celle des femmes. Durant cette période, 4,2 % des décès sont des enfants moins de un an (9,6 % en 2013). Par ailleurs, depuis 2013, la proportion des personnes âgées de plus de 65 ans est élevée tant pour les hommes que pour les femmes (26,9 % en 2013 et 28,5 % en 2014).

I.4.4 En 2013 et en 2014, dans la CUA, les maladies de l’appareil circulatoire provoquent principalement le décès des personnes âgées de plus de 65 ans

Depuis 2013, les maladies de l’appareil circulatoire tuent des personnes à partir de 15 ans, surtout chez les personnes âgées de plus de 65 ans. Certaines maladies infectieuses et parasitaires constituent le deuxième facteur de décès en 2013 et en 2014. La tumeur, classée 7ème cause de décès en 2013 est devenue la 5ème cause de décès en 2014 et touche spécialement les personnes plus de 65 ans.

I.4.5 En 2014, la tumeur fait partie des cinq principales causes de décès dans la Commune Urbaine d’Antananarivo

Depuis 2013, les maladies de l’appareil circulatoire tuent des personnes à partir de 15 ans, surtout chez les personnes âgées de plus de 65 ans. La tumeur, classée 7ème cause de décès en 2013 est devenue la 5ème cause de décès en 2014 et touche spécialement les personnes plus de 65 ans.

 

 

Enquête nationale de suivi des Objectifs du millénaire pour le développement (ENSOMD) | Objectif 3 – 2012-2013

Madagascar s’est engagé à atteindre en 2015, avec l’appui technique et financier de ses partenaires, les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), dont le but est de créer un cadre programmatique des actions de développement du pays dans différents domaines. La singularité des OMD est de fixer, pour chaque domaine des cibles à atteindre avec les indicateurs permettant de mesurer les progrès accomplis et l’année 2015 comme deadline. A l’orée de cette date butoir, et dans un contexte de crise politique depuis 2009, il s’est avéré nécessaire pour Madagascar de dresser un état des lieux de la situation de la population Malagasy dans les domaines suivants : pauvreté et faim, éducation, égalité des sexes, mortalité infantile, santé maternelle, lutte contre le Sida, le Paludisme et d’autres maladies, la préservation de l’environnement.

C’est dans ce cadre que l’Institut National de la Statistique (INSTAT) et les Partenaires Techniques et Financiers (PTF), sous le leadership de l’UNFPA (Fonds des Nations Unies pour la Population), ont relevé le défi de réaliser de Septembre 2012 à Novembre 2013, l’Enquête Nationale sur le Suivi des OMD (ENSOMD). C’est une enquête de grande envergure, ayant pour but d’évaluer les indicateurs de ces objectifs.

Le présent rapport intitulé « Promouvoir l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes » constitue le Volume IV de la série d’études sur les OMD.

Type de fichier : Pdf
Nombre de pages : 104
Taille : 7 Mo
Année d’édition : 2014

Enquête nationale de suivi des Objectifs du millénaire pour le développement (ENSOMD) | Objectif 1 – 2012-2013

Madagascar s’est engagé à atteindre en 2015, avec l’appui technique et financier de ses partenaires, les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), dont le but est de créer un cadre programmatique des actions de développement du pays dans différents domaines. La singularité des OMD est de fixer, pour chaque domaine des cibles à atteindre avec les indicateurs permettant de mesurer les progrès accomplis et l’année 2015 comme deadline. A l’orée de cette date butoir, et dans un contexte de crise politique depuis 2009, il s’est avéré nécessaire pour Madagascar de dresser un état des lieux de la situation de la population Malagasy dans les domaines suivants : pauvreté et faim, éducation, égalité des sexes, mortalité infantile, santé maternelle, lutte contre le Sida, le Paludisme et d’autres maladies, la préservation de l’environnement.

C’est dans ce cadre que l’Institut National de la Statistique (INSTAT) et les Partenaires Techniques et Financiers (PTF), sous le leadership de l’UNFPA (Fonds des Nations Unies pour la Population), ont relevé le défi de réaliser de Septembre 2012 à Novembre 2013, l’Enquête Nationale sur le Suivi des OMD (ENSOMD). C’est une enquête de grande envergure, ayant pour but d’évaluer les indicateurs de ces objectifs.

Le présent rapport intitulé « Eliminer l’extrême pauvreté et la faim » constitue le Volume II de la série d’études sur les OMD.

Type de fichier : Pdf
Nombre de pages : 262
Taille : 11 Mo
Année d’édition : 2014

Enquête nationale de suivi des Objectifs du millénaire pour le développement (ENSOMD) | Caractéristiques socio-démographiques – 2012-2013

Madagascar s’est engagé à atteindre en 2015, avec l’appui technique et financier de ses partenaires, les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), dont le but est de créer un cadre programmatique des actions de développement du pays dans différents domaines. La singularité des OMD est de fixer, pour chaque domaine des cibles à atteindre avec les indicateurs permettant de mesurer les progrès accomplis et l’année 2015 comme deadline. A l’orée de cette date butoir, et dans un contexte de crise politique depuis 2009, il s’est avéré nécessaire pour Madagascar de dresser un état des lieux de la situation de la population Malagasy dans les domaines suivants : pauvreté et faim, éducation, égalité des sexes, mortalité infantile, santé maternelle, lutte contre le Sida, le Paludisme et d’autres maladies, la préservation de l’environnement.

C’est dans ce cadre que l’Institut National de la Statistique (INSTAT) et les Partenaires Techniques et Financiers (PTF), sous le leadership de l’UNFPA (Fonds des Nations Unies pour la Population), ont relevé le défi de réaliser de Septembre 2012 à Novembre 2013, l’Enquête Nationale sur le Suivi des OMD (ENSOMD). C’est une enquête de grande envergure, ayant pour but d’évaluer les indicateurs de ces objectifs.

Le présent rapport intitulé « Caractéristiques socio-démographiques de la population » constitue le Volume I de la série d’études sur les OMD.

Type de fichier : Pdf
Nombre de pages : 100
Taille : 7 Mo
Année d’édition : 2014

Enquête Périodique auprès des ménages (EPM) – 2002

Les Enquêtes auprès des Ménages (EPM), initiées depuis 1993, sont devenues un instrument indispensable pour les stratégies de lutte contre la pauvreté à Madagascar. Elles sont essentielles pour mener des analyses microéconomiques sur des aspects d’incitation et de distribution, et ainsi, à l’analyse de la plupart des questions de politique économique. Les EPM ont permis d’identifier les caractéristiques des pauvres et d’éclairer les décisions de politique économique.

La conception et l’organisation technique et financière de l’EPM de 2002 ont été réalisées par
l’équipe technique de la Direction des Statistiques des Ménages (DSM) à l’Institut National de la Statistique. La collecte des données a été exécutée par des enquêteurs et des superviseurs régionaux recrutés et formés sur place et a été assurée en collaboration étroite avec les Directeurs interrégionaux de la Statistique.

La présente analyse, réalisée par l’INSTAT, a également bénéficié de la contribution de chercheurs de l’université Cornell, New York, Etats-Unis.

Il sied de mentionner que l’EPM 2002 a bénéficié de l’appui technique et financier du Gouvernement Malgache et de l’Agence des Etats-Unis pour le Développement au travers du projet ILO et de l’Université Cornell pour la collecte dans le cadre de l’IPPTE 2002. L’enquête a été réalisée au niveau de 3 856 ménages répartis dans toute l’île.

Ci-après les thèmes traités par l’EPM 2002 :
– la démographie,
– la consommation des ménages,
– la pauvreté,
– les entreprises non-agricoles,
– l’agriculture,
– l’élevage,
– la santé,
– l’éducation,
– l’habitation,
– les avoirs,
– les transferts,

Enquête Périodique auprès des ménages (EPM) – 2001

L’Enquête Prioritaire auprès des Ménages de 2001 (EPM-2001) s’inscrit dans le cadre d’un programme permanent d’enquêtes initiées par l’Institut National de la Statistique (INSTAT). Ce programme a un triple objectif. D’abord, il fournit des données récentes qui permettent d’appréhender les conditions de vie des ménages. Ensuite, il met à la disposition des autorités et des principaux acteurs économiques des informations fiables au niveau des régions. Enfin, il contribue au renforcement de la capacité de collecte, de traitement et d’analyse de l’INSTAT.

L’EPM-2001 est le prolongement d’une série d’enquêtes auprès des ménages réalisées en 1993, 1997 et 1999. Dans le passé, celles-ci ont prouvé leur utilité et leur efficacité pour la compréhension des effets des politiques économiques dans les différents secteurs de l’économie d’une part et sur les conditions de vie des différents groupes de population, d’autre part.

La rédaction de ce rapport est le fruit de la collabotration étroite de l’équipe de l’INSTAT/DSM, de la Banque Mondiale, de Cornell University, du Ministère de la Santé, du Ministère de l’Agriculture et de l’Elevage et du Ministère de l’Enseignement secondaire et de l’éducation de base.

Ci-après les thèmes traités par l’EPM 2002 :
– la démographie,
– la migration,
– la santé,
– l’éducation,
– l’emploi,
– les entreprises non-agricoles,
– l’habitation,
– les transferts.
– les avoirs,
– l’agriculture,
– la consommation des ménages,
– la pauvreté,